El Chepe – El Fuerte

Parcourez les photos du Mexique en cliquant sur les liens ci-dessous.

Chihuahua-Creel | El Chepe-El Fuerte | Morelia-Patzcuaro | JanitzioLa noche de los Muertos | Oaxaca | Playa Azul | San Cristobal de las Casas | Palenque | Chichen Itza-Tulum

Ou retournez à la carte du Mexique.

El Chepe

Dans les années 90 l’émission «des trains pas comme les autres» passait chaque semaine sur une chaine du service public. Je n’étais pas très assidu à ce programme mais le hasard a bien voulu me faire asseoir devant l’épisode du Mexique. Ma fascination pour ce pays vient probablement de cette période de ma vie. Une période pendant laquelle mon imagination se nourrit également des hallucinantes aventures de Carlos Castaneda au pays des sorciers.
Début 2011 alors que nous cherchions une destination de voyage, mes yeux, mon cerveau, comme préalablement paramétrés, se tournèrent naturellement vers la meso-Amérique. L’année du Mexique venait d’être avortée en France, la destination était trouvée.
Et le Mexique, pour moi, c’était d’abord le Chepe et les montagnes du nord bien avant Mexico ou les plaines du Yucatan.
En ce dimanche 23 octobre 2011, le moment était donc arrivée et, miracle parait-il, le Chepe était à l’heure.
Je ne vous ferai pas la liste convenue de ce que cette ligne a d’hors norme. L’inventaire des tunnels, des ponts, les kilomètres parcourus, l’insolence des dénivelés, même si l’énumération, à elle seule, est déjà fascinante. A peine oserais-je parler de mes sensations, agrégat jouissif de couleurs, d’odeurs, de matières, toutes soulignées par le roulis viscéral d’un souvenir fantasmé et devenu réalité. Oui, le Chepe, il faut le vivre, sortir entre deux wagons et sentir l’air qui, progressivement, abandonne l’odeur des pins pour les effluves tropicales, le paysage, quant à lui, fera le reste.
Le seul danger d’un tel voyage : ne plus pouvoir monter dans un TGV sans verser une larme.

El Fuerte

El Fuerte est une petite ville provinciale où il semble faire bon vivre, elle est classée «Pueblo magico» depuis 2009, l’équivalent mexicain de nos «plus beaux villages de France».
La place principale, surtout au crépuscule, est un régal pour les yeux, fontaines de pierres et kiosque en fer forgé balisent les intersections des allées, toutes bordées de palmiers majestueux. Autour du zocalo, des vendeurs de hot-dogs, de glaces et de friandises finissent de donner une ambiance familiale et bon enfant. Oui, on se sent bien ici et les sandwichs ne sont pas mauvais !

La végétation en atteste, El Fuerte est une ville supportant un climat semi-aride. Les cactus candélabres règnent ici en maitre, accompagnés d’autres variétés comme les aloés, agaves et, bien sur, le beaucoup plus petit mais de grande notoriété, j’ai nommé lophophora wiliamsii que tout le monde connait sous le nom de peyotl.

 

Prochaine étape, Morelia l’universitaire et Patzcuaro la ville rouge et blanche

Chihuahua-Creel | El Chepe-El Fuerte | Morelia-Patzcuaro | JanitzioLa noche de los Muertos | Oaxaca | Playa Azul | San Cristobal de las Casas | Palenque | Chichen Itza-Tulum

Ou retournez à la carte du Mexique.